Shotokan Karaté Club - Magland
Photo du club

Style Shotokan

Le karaté est un art martial okinawaien qui se décline sous différents style : Shotokan, Gōjū-ryū., Wado-Ryu, Shito-Ryu...

Chacun de ces style se définissent à travers des spécificités qui leurs sont propres. De ce fait, leurs pratiques diffèrent dans leurs mouvements, les positions ou encore les frappes. 

Le style pratiqué au sein du club est le Shotokan, actuellement le plus répandu. Il fut fondé par Gichin Funakoshi, considéré comme le fondateur du karaté moderne.

Pratique au sein du club

La pratique au sein du club se découpe en trois parties : le Kihon, le Kumite et les Katas. Les pratiquants doivent être vétus du Keikogi, communément appelé Kimono.

Le Kihon consiste à pratiquer des techniques simples (attaques, blocages, contre-attaque...) en répétant les mouvements tout le long du tatami. Cette session se déroule en la présence du Senseï, qui dirige l'exercice en démontrant et corrigeant les élèves. Cette pratique a pour but d'apprendre de nouveaux mouvements, mais également de se perfectionner. Avec l'habitude vient la force et la rapidité. De plus, la répétition des mouvements permet de les transformer en véritables reflèxes.

Les Kihons sont par la suite travaillés avec un partenaire dans ce que l'on appelle le Ippon-Kumite. Cette pratique met en scène un attaquant (Tori) et un défenseur (Uke). L'attaquant annonce le coup qu'il va porter, puis après un bref instant, l'exécute sur le défenseur. Celui-ci devra effectuer un blocage puis une contre-attaque. Cet exercice vient renforcer les Kihons qui permettent de se concentrer sur l'execution du mouvement. Les Ippon-Kumite permettent donc de mettre en pratique les mouvements étudiés. De cette manière, le pratiquant adhère des notions sur le blocage, l'évaluation des distances et la portée de ses coups.

Les Katas sont des suites d'enchaînements de mouvements codifiés, simulant des combats réels. Leur pratique permet au pratiquant de mettre en oeuvre ce qu'il a appris à travers le Kihon, dans des situations données. Cela permet de retravailler les postures et d'acquérir certains principes fondamentaux liés à la coordination des mouvements, le rythme/la vitesse des enchaînements, l'équilibre/les postures... Les Katas peuvent également se pratiquer à plusieurs, ils sont alors appelés Bunkaï. L'avantage est de montrer au pratiquant le réel impact de chacun de ses mouvements et de vraiment comprendre ce que chacun de ses gestes induits.

Le Kumite est la partie combat, et se pratique à deux. Les postures sont différentes que celle pratiqué durant les Katas, dans le sens où elles sont plus souples, plus dynamiques et donc plus adaptées au déroulement d'un combat. De manière générale, en entraînement, lors d'un combat libre de type sparring, le but est de porter des coups maîtrisés à son adversaire, de manière à ne pas le blesser. Que ce soit au club comme en compétition, le pratiquant doit être équipé de protection adéquate : mitaine, protège-pieds, protège-dents, protège-tibias, casque et plastron pour les plus jeunes.

 

Sources :